jl12 mathilde bernadette

bernadette

C’est en flânant, que le regard guidé par l’émotion, je cueille et j’accumule des matériaux en suspension de souffle, qui deviendront le prétexte de mes créations.

 Ces multitudes « de petits riens », qu’ils soient vestiges, objets rouillés, débris auxquels l’usure et la dégradation ont donné une mystérieuse beauté, fragments de textes, d’affiches, d’hier ou d’aujourd’hui, nettes ou effacées, visages anonymes dévoilant à peine leur richesse secrète, ils portent en eux les empreintes et les souvenirs de la vie.

Et c’est dans cette palette généreuse que je puise sans relâche. Avec hésitations, j’assemble, colle, déchire, couds, teinte, tissus, papiers, textes, fragments d’objets qui vibrent, se croisent et s’interpellent.

Je tisse sous mes doigts les fibres précieuses du passé qui croise le présent pour les réanimer et fabriquer des rêves.